jeudi, 8 février 2007

Les concurrents de Swisscom se multiplient

Les concurrents de Swisscom se multiplient


TELECOMS. De plus en plus de câblo-opérateurs se lancent sur le marché de la téléphonie fixe.


Anouch Seydtaghia
Jeudi 8 février 2007

Swisscom a subi mercredi une petite défaite. Suivant la Commission de la communication, le Tribunal fédéral a décidé que l'opérateur devait fortement réduire la taxe qu'il exigeait de Cablecom. L'opérateur encaissait 31 francs chaque fois que l'un de ses clients voulait garder son numéro fixe lorsqu'il le quittait pour la concurrence. Cette taxe chute désormais avec effet rétroactif: 17,65 francs pour 2004, 15,15 francs pour 2005 et 11,90 francs dès 2006. Du coup, Swisscom (SCMN.VX) devra rétrocéder à Cablecom une somme que les deux parties ont choisi de taire. D'après nos estimations, il s'agirait d'environ deux à trois millions de francs.

Une petite somme pour Swisscom, qui subit actuellement une pression de plus en plus importante des câblo-opérateurs sur le marché de la téléphonie fixe. A commencer par Cablecom: la société a lancé son service en juin 2004 déjà. «Le nombre de nos clients a augmenté de 20% en 2006, pour atteindre désormais les 250000», affirme Martin Wüthrich, porte-parole de Cablecom. Plus besoin de passer par Swisscom, les clients de Cablecom paient moins cher leur taxe de base et leurs appels, qui sont gratuits sur le réseau fixe le soir, la nuit et le week-end.

L'effet de cette concurrence va crescendo dans les comptes de Swisscom. De septembre 2005 à septembre 2006, le nombre de lignes classiques a fondu de 1,3%, pour s'établir à 2,892 millions. En parallèle, le nombre de minutes de conversation a chuté de 10,9% en un an pour les communications nationales.

«Nous faisons face à une véritable concurrence sur ce marché, affirme Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom. Il faut d'ailleurs que le régulateur réfléchisse lorsqu'il voit des réseaux câblés, entièrement en mains publiques, nous concurrencer».

En effet, Lausanne a débuté le 31 janvier son service Cityphone, dont les tarifs sont très proches de ceux de Cablecom. «Swisscom se lance dans la télévision et propose une offre «triple play», il est normal que nous répliquions en faisant de même, explique Martine Favre Leyvraz, chef du service multimédia aux services industriels de la ville. Nous avons déjà 10000 clients pour l'Internet à haut débit, nous en espérons 1000 à 2000 en téléphonie d'ici fin 2007». Ambitions identiques pour le téléréseau genevois: «Grâce à notre partenariat avec Cablecom, nous proposerons un accès à Internet et de la téléphonie dès juin dans certains quartiers, puis dans l'ensemble de la ville d'ici juillet 2008», détaille Antoni Mayer, directeur de Naxoo, société qui exploite le téléréseau genevois.

Aucun commentaire: