dimanche, 23 mars 2008

Viande de supermarché Hum c'est pas bon !

Viande de supermarché Hum c'est pas bon !
Vidéo envoyée par Nyxem

FRAUDE ALIMENTAIRE ET MAL BOUFFE

90' Enquêtes

Enquête dans les coulisses de la restauration..
Vous pensiez que la viande achetée en grande surface et supermarché est de qualité ? Détrompez vous !
La remballe est monnaie courante quand la viande est périmée.
Cette vidéo date mais ceux qui ne l'aurai pas vu...

Retrouvé sur www.Koreus.com

2/2 - Remballe de Viande Perimee

2/2 - Remballe de Viande Perimee
Vidéo envoyée par Up-Date

deuxième partie

1/2 - Remballe de Viande Perimee

1/2 - Remballe de Viande Perimee
Vidéo envoyée par Up-Date

Première partie

mardi, 18 mars 2008

Pour y voir plus clair dans les offres Internet

Le Temps - Multimédia

Pour y voir plus clair dans les offres Internet







COMPARATIF. Chaque opérateur tente de se différencier en proposant des connexions pour petit budget, des services combinés et de larges bandes passantes. De plus, les premières offres dites «dégroupées» sont là. Tour d'horizon.

Anouch Seydtaghia
Lundi 17 mars 2008


Pince coupante dans la poche, le technicien de Swisscom grimpe sur son échelle. Il tire un câble tout en haut d'une armoire, le prend avec lui, et va le connecter à une autre installation, appartenant à Sunrise. Quelques secondes plus tard, le tour est joué. L'un des 10000 ménages reliés à ce central Swisscom de la ville de Berne n'est désormais plus client de l'opérateur historique: c'est Sunrise qui s'occupe de ses communications téléphoniques, et surtout de son accès à Internet.

Mercredi passé, Sunrise s'est livré à cette petite démonstration. Avec une promesse: d'ici à l'été, l'opérateur proposera ses propres offres dites «dégroupées» en Suisse. L'on peut s'attendre à des offres d'accès à Internet moins chères, avec des débits différents de ce que l'on connaît actuellement. Pour l'heure, seuls 37 centraux de Swisscom ont été ainsi dégroupés par son concurrent: ils seront 120 d'ici à fin 2008, 500 fin 2010, lorsque Sunrise couvrira ainsi 80% des ménages du pays. Un autre opérateur, plus petit, VTX, propose quant à lui déjà des services dégroupés. Autant dire que les offres se multiplient. Essayons d'y voir plus clair

• Les offres classiques

L'offre ultra-traditionnelle, c'est bien sûr la connexion 3500/300 kbit/s (49 francs par mois) vendue par Bluewin et revendue par ses concurrents. Une liaison largement suffisante pour surfer et regarder des vidéos. Les plus gourmands opteront peut-être pour l'offre 5000/500 kbit/s à 59 francs par mois. Les câblo-opérateurs (Cablecom, téléréseau de Lausanne, Genève, etc.) proposent des offres similaires, souvent pour des prix légèrement moins élevés.

• Les offres liées

Sunrise: Si l'on s'inscrit jusqu'au 30 avril, l'opérateur offre la liaison 3550/300 kbit/s, et ce sans limite de temps. Conditions: souscrire à un abonnement de téléphonie mobile chez Sunrise (Zero plus ou Max), et que ses communications fixes passent aussi par Sunrise. Plus d'informations sur le site http://freeinternet.ch

Swisscom: Si l'on ne souhaite pas payer les 25,25 francs par mois, Swisscom permet de ne payer que la connexion DSL (par exemple 49 francs par mois pour du 3500/300 kbit/s). Condition: souscrire à un abonnement de téléphonie mobile (Natel Swiss Liberty ou Natel Pro). Attention à la facture salée pour les grands parleurs, qui ne disposent alors bien sûr plus de ligne fixe.

Orange: L'opérateur offre un rabais de 10 francs par mois sur une connexion DSL (par exemple 39 francs par mois au lieu de 49) à ses clients en téléphonie mobile.

• Les offres «petit budget»

Depuis quelques jours, Cablecom commercialise (aussi à Genève) une offre intéressante: pour 5 francs par mois, une liaison de 250/100 bit/s. De quoi lire aisément ses e-mails et surfer un peu. Condition: souscrire aussi à l'offre de téléphonie fixe de Cablecom (20 francs par mois, au lieu des 25,25 de Swisscom). Sur la ligne téléphonique, Swisscom propose une connexion ADSL 300/100 kbit/s pour 9 francs par mois, plus 2,40 francs de l'heure. Sunrise vend la même liaison pour 9 francs par mois (20 Mo inclus de données échangées comprises, 19 centimes par Mo supplémentaire).

• Les offres dégroupées

En Suisse romande, VTX propose une offre intéressante. Pour les ménages dégroupés - il faut le vérifier attentivement sur le site de l'opérateur -, il est possible de bénéficier d'une connexion DSL de 5000/300 kbit/s pour 34 francs par mois (plus les 25,25 francs pour la ligne téléphonique). Les appels téléphoniques sont proposés à des prix très intéressants.

• Les offres très rapides

Les adeptes du peer-to-peer et du surf ultra-rapide opteront soit pour l'offre 20000/8000 kbit/s de Swisscom (69 francs par mois), soit pour celle de Cablecom (25000/2500 kbit/s, 75 francs par mois). Mais, attention, il suffit d'être un peu éloigné du central de Swisscom ou d'être dans un immeuble où vivent plusieurs clients de Cablecom pour que ces vitesses ne soient pas pleinement atteintes. Il s'agit de la vitesse maximale théorique.

lundi, 17 mars 2008

16.03.2008: Lidl verschiebt den Schweiz-Start | > CH | Jetzt im «Sonntag» | www.sonntagonline.ch

16.03.2008: Lidl verschiebt den Schweiz-Start | > CH | Jetzt im «Sonntag» | www.sonntagonline.ch

Lidl verschiebt den Schweiz-Start


Der zweite deutsche Discounter Lidl legt erst 2009 in der Schweiz los. Schwierige Verhandlungen mit lokalen Lieferanten verunmöglichen einen Start im Herbst dieses Jahres.

Von Nicole Kircher

Der geplante Start von Discounter Lidl in der Schweiz noch dieses Jahr rückt in weite Ferne. Nach Informationen des «Sonntags» können die Deutschen erst im nächsten Jahr starten.

Der Grund für die Verzögerung sind schleppende Verhandlungen mit Lieferanten. Die Gespräche starteten in den letzten Wochen. Verschiedene Markenartikelhersteller sind gegenüber einer Belieferung von Lidl Schweiz skeptisch – sie fürchten um ihre stolzen hiesigen Preise.

Namentlich genannt werden will niemand. Doch hinter vorgehaltener Hand berichten mehrere Lieferanten, Lidl sei teilweise dazu übergegangen, die Belieferung für die Schweiz auf europäischer Ebene zu regeln.

Lidl wird laut der firmeneigenen Homepage in der Schweiz rund 1500 Artikel anbieten, «darunter viele Schweizer und internationale Marken». Zudem werde das Standardsortiment durch Molkereiprodukte sowie frisches Obst und Gemüse im Offenverkauf ergänzt.

Gerade bei Frischprodukten muss Lidl aufgrund der Schweizer Gesetzgebung aber zwingend mit lokalen Produzenten zusammenarbeiten. Und das ist zu einem grossen Teil Neuland für die mächtigen Deutschen.

Matthias Queck, Handelsexperte beim internationalen Analysedienst Planet Retail, erklärt: «Lidl fällt es schwerer als Aldi, die Beschaffung in neuen Ländern sicherzustellen.» Während Aldi traditionell eher mit nationalen Anbietern zusammenarbeite, setze Lidl wo immer möglich auf sein internationales Netzwerk. Zudem, so Queck, «ist Lidl nicht dafür bekannt, den Lieferanten fürstliche Preise zu zahlen». Das halte für viele den Anreiz klein, bei Lidl einzusteigen und damit die etablierten Händler zu verärgern.

Dass Lidl ein schlechter Ruf vorauseilt, bestätigt auch Unternehmensberater und Detailhandelsexperte Gotthard F. Wangler. «Man hört immer wieder Geschichten, dass Lidl Lieferanten am Freitag um 17 Uhr in die Büros bestellt und ihnen dann fünf Minuten Zeit gibt, ihren Preis zu rechtfertigen.»

Auf der anderen Seite biete eine Zusammenarbeit mit dem mächtigen Discounter auch Chancen, «etwa dann, wenn Schweizer Produkte international in die Regale aufgenommen werden».

Lidl wollte sich gegenüber dem «Sonntag» nicht zu seinem Fahrplan in der Schweiz äussern. Klar ist: Sollten die Deutschen tatsächlich erst im nächsten Jahr loslegen, wird es teuer. Bereits stehen hierzulande knapp ein Dutzend fertige Filialen, beispielsweise in Rothrist, Bellach SO oder in Frauenfeld.

Fertig gebaut ist auch der Hauptsitz in Weinfelden. Seit November arbeiten im Gebäude die ersten Mitarbeiter. Und auch beim Bau des Verteilzentrums kommt Lidl planmässig voran. Doch solange der Discounter keine lokalen Lieferanten findet, ist alle Liebesmühe umsonst.

Jetzt tritt Lidl beim Bau neuer Filialen auf die Bremse. Gemäss Experten hat das Unternehmen schon Baubewilligungen für siebzig Standorte erhalten; gut sechzig weitere sind hängig. An mehreren Orten wurden nun bestehende Baubewilligungen verlängert.

In Matten im Berner Oberland beispielsweise um zwei Jahre. Auch kein Baukran fuhr bislang in den Ostschweizer Gemeinden Widnau, Buchs und Lüchingen auf.

Dass Lidl trotz der verhaltenen Gangart in die Schweiz kommt, daran zweifelt indessen niemand. Und ist Lidl einmal da, dürfte sich die Preisspirale nochmals kräftig nach unten drehen. Experte Matthias Queck erwartet von Lidl eine deutlich aggressivere Gangart, als sie Aldi zeigte: «Lidls ganzer Werbeauftritt basiert auf dem Immer-billig-Image. Um es zu untermauern, wird der Discounter vor allem bei wichtigen Markenartikeln die Preiskeule schwingen müssen.»

Aldi profitiert zweifellos am stärks-ten von den Verzögerungen. Derweil der ewige Konkurrent Lidl noch mit Lieferanten verhandelt, eröffnet der Billiganbieter in der Schweiz planmässig einen Laden nach dem anderen. Diese Woche hat er den ersten in der Romandie eröffnet – mit Erfolg, wie in der Branche zu hören ist.
(mz/owa)

jeudi, 13 mars 2008

Entbündelung der letzten Meile: Erst 1400 Haushalte sind unabhängig

Entbündelung der letzten Meile: Erst 1400 Haushalte sind unabhängig


Knapp ein Jahr nachdem das Parlament die letzte Meile der Swisscom von der Telefonzentrale zum Hausanschluss geknackt hat, ist die Öffnung noch kaum beim Endkunden angekommen. Bislang sind nur 1400 Anschlüsse von der Swisscom unabhängig.

Dabei wären derzeit 1,5 Millionen Haushalte erreichbar, sagte Swisscom Wholesale-Chef Daniel Staub im Gespräch mit der Nachrichtenagentur SDA bei der Eröffnung der ersten Telefonzentrale, die Swisscom-Konkurrentin Sunrise in Bern entbündelt hat.

Insgesamt habe die Swisscom rund 150 Telefonzentralen für die Wettbewerber geöffnet. Die Konkurrenten können dort eigene Anlagen installieren, um ihren Kunden eigene, von der Swisscom unabhängige Produkte und Dienstleistungen anbieten zu können.

Bislang hat die Swisscom mit 22 der rund 30 Konkurrenten, die das Swisscom-Netz nutzen, Verträge zur Entbündelung der Telefonzentralen unterzeichnet.

Von den rund 150 entbündelten Ortszentralen sei rund ein Drittel aller Haushalte erreichbar. Dies seien 1,5 Millionen Anschlüsse, sagte Staub. Die erste Telefonzentrale wurde im Juli entbündelt. Insgesamt hat die Swisscom rund 1400 Telefonzentralen. In die Entbündelung der letzten Meile hat der "Blaue Riese" bisher über 60 Mio. Fr. an Investitionen gesteckt.

"Wir haben viel investiert", sagte Staub: Der Ball liege jetzt bei der Konkurrenz. Am meisten Kunden angeschlossen habe bisher der Westschweizer Telekomanbieter VTX vor dem Kabelnetzbetreiber Cablecom. Auf Platz drei lägen Sunrise und Colt.

sda

mercredi, 12 mars 2008

news.ch - Öffentlicher Sex erlaubt, aber Hunde an die Leine - Boulevard, Gesellschaft, Tiere

news.ch - Öffentlicher Sex erlaubt, aber Hunde an die Leine - Boulevard, Gesellschaft, Tiere

Öffentlicher Sex erlaubt, aber Hunde an die Leine

Amsterdam - In den Niederlanden ist jetzt ein Streit zwischen Hundebesitzern und Paaren entfacht. Der Grund: Die Stadt Amsterdam hat kürzlich erlaubt, dass Paare im öffentlichen Vondelpark Sex haben dürfen. (fest/firstnews)




Hunde bekommen im Vondelpark (Bild) nicht die gleichen Rechte wie Menschen - Tierliebhaber sind empört.


Allerdings sind die Hundebesitzer damit überhaupt nicht einverstanden und protestieren nun. Aktuellen Medienberichten zufolge können die Tierliebhaber nämlich nicht verstehen, warum sie ihre Hunde an der Leine führen müssen, Verliebte hingegen sich aber öffentlich vergnügen dürfen.

Die Stadtverwaltung begründet ihre Entscheidung mit den Worten, freilaufende Hunde würden die Besucher des Parks stören - öffentlicher Sex nicht. Weitere Details sind bislang nicht bekannt.

news.ch - Flocke erstmals draussen auf Erkundungstour - Boulevard, Tiere

news.ch - Flocke erstmals draussen auf Erkundungstour - Boulevard, Tiere

Flocke erstmals draussen auf Erkundungstour

Nürnberg - Exakt drei Monate nach ihrer Geburt hat die kleine Nürnberger Eisbärin Flocke ihren ersten Ausflug ins Freigehege des Tiergartens gewagt. (fest/sda)




Flocke freut sich schon auf seinen nächsten Ausflug.




Service










Begleitet von einem Pfleger habe sich das Eisbären-Mädchen für kurze Zeit an der frischen Luft getummelt, berichtete die Stadt Nürnberg.

Das Tiergartenpersonal habe aber wegen des noch nicht vollends entwickelten Immunsystems des Tieres auf eine möglichst keimfreie Umgebung geachtet, erläuterte Zoo-Tierarzt Bernhard Neurohr. Offiziell soll der Eisbären-Nachwuchs Anfang April der Öffentlichkeit präsentiert werden.

«Reif für den Knochen»

Mit drei Monaten sei Flocke nun auch «reif für den Knochen», wie Neurohr feststellte. Er überraschte das Jungtier daher mit einem doppelt abgekochten Kalbsoberschenkelknochen. «Das Rumbeissen auf dem Knochen ist wichtig für die Zahnpflege», betonte der Veterinär. Schon in den vergangenen Wochen hatte Flocke auf allem rumgebissen, was ihr zwischen die Kiefer kam.

Flocke wurde am 11. Dezember im Nürnberger Zoo geboren. Aus Furcht um ihr Leben wurde sie am 8. Januar von ihrer Mutter getrennt. Kurz zuvor hatte nämlich eine andere Eisbärenmutter im Zoo ihre beiden Neugeborenen aufgefressen.


Schweiz-Special von Panini - sport - Heute Online

Schweiz-Special von Panini - sport - Heute Online

Schweiz-Special von Panini

ZÜRICH. Schweizer Fans der Panini-Fussballabziehbilder dürfen sich auch dieses Jahr freuen. Panini produziert für die Schweiz ein Sonderheft.


554 verschiedene Bilder müssen die Schweizer Fans sammeln, um ihr Heft zu vervollständigen, 20 mehr als in den anderen Teilnehmerländern der Euro 08. Panini produziert erstmals für ein Gastgeberland ein Sonderheft mit speziellem Erscheinungsbild und Fotos einiger Nati-Stars. Zusätzlich zu den herkömmlichen Passbildern sind die Spieler auch in Action zu sehen, beim Spielen oder Jubeln. «Es ist das erste Mal, dass wir eine Sonderausgabe machen und es ist auch die einzige in Europa; nicht einmal Österreich hat ein spezielles Heft, nur die Schweiz», sagt Silvia Losi, Verantwortliche für das Schweizer Panini-Geschäft.

Schweizer halten Weltrekord

Dafür gibt es auch einen Grund. An der WM 2006 in Deutschland hat jeder Schweizer durchschnittlich sieben Päckchen mit jeweils fünf Bildern gekauft, so viel wie sonst niemand auf der Welt.

Der Verkauf der Abziehbilder beginnt am 10. April, ein Päckchen kostet neu einen Franken. An der WM 2006 in Deutschland hatte ein Päckchen noch 75 bis 90 Rappen gekostet. Am 10. April beginnt für zehn Tage auch die Aktion des «Blicks». Am ersten Tag wird der Zeitung das Heft beigelegt, an den folgenden neun Tagen jeweils sechs Bilder, wobei jeden Tag sicher ein Schweizer dabei ist.

Polémique : Pékin Express : M6 cernée par les soupçons de tricherie, actualité Médias 2.0 : Le Point

Polémique : Pékin Express : M6 cernée par les soupçons de tricherie, actualité Médias 2.0 : Le Point


Une semaine après les révélations du Canard enchaîné , les soupçons de tricherie sur la course Pékin Express pèsent de plus en plus lourd. Alors que les candidats sont censés traverser l’Amérique latine avec seulement un euro en poche par jour, Philippe Bartherotte, l’un des journalistes de l’émission, accuse la production d’aider tel ou tel candidat en payant, à l’occasion, des voitures, facilitant ainsi les victoires d’étape ou évitant les éliminations.

Bartherotte s’accuse lui-même de tricherie !

L’affaire a connu un nouveau rebondissement samedi, sur France 5, dans l’émission Revu et Corrigé de Paul Amar : le journaliste Philippe Bartherotte, à l’origine des fuites dans le Canard enchaîné, confesse avoir payé lui-même une voiture aux candidates Aurélie et Pauline lors de la sixième étape en Bolivie. Une étape que les deux soeurs ont terminée à la deuxième place.

La révélation a assommé les deux candidates, qui avaient été envoyées par M6 sur le plateau de Paul Amar pour défendre la probité de l’épreuve. Pas déçues du voyage, les deux soeurs à la blonde chevelure... Philippe Bartherotte s’est excusé auprès d’elles.

Des consignes éditoriales au ton méprisant

Le Canard enchaîné a également publié des "consignes éditoriales" rédigées par la production du jeu. Ces consignes laissent clairement entendre que le tournage est "orienté" en faveur des uns contre les autres. Ces notes internes sont rédigées chaque jour par Cendrine Gentil, la rédactrice en chef. Ainsi, à propos d’un couple de candidats en passe de remporter l’épreuve, Cendrine Gentil écrit à l’attention des journalistes suiveurs : "Attention à Terence et Olivia ! Ce petit couple aux faux airs angéliques se révèle être des vipères depuis deux étapes, un véritable poison (...) Le plus emmerdant est qu’ils protègent leur image (...) Ils sont puants, fourbes, manipulateurs et menteurs (...) Faites en sorte de ne pas les laisser s’en sortir comme ça !" Et plus loin : "Tout ce qui montre leur état d’esprit d’égoïsme, de faiblesse, de nullité d’esprit, surtout, vous les tournez. (...) Ne coupez pas la caméra par pudeur."

"Nous désapprouvons le ton méprisant de cette note interne, explique la direction de la communication de M6. Mais il ne s’agit que de simples indications de tournage. En réalité, les choses ne se passent jamais comme prévu. Ces consignes ne sont qu’une façon d’aider les journalistes." M6 explique que les débordements de Cendrine Gentil sont dus aux difficiles conditions de tournage de l’épreuve.

M6 contre-attaque

M6 a porté plainte pour diffamation à la fois contre Philippe Bartherotte et Christophe Gallot, le chef de projet de l’émission, qui a également quitté celle-ci, écoeuré par les pratiques constatées. Contacté par Le Point jeudi 6 mars, Christophe Gallot n’a pas donné signe de vie depuis. Pendant ce temps, M6 contre-attaque en évoquant le comportement douteux de Philippe Bartherotte : "Il a eu un coup de coeur pour une interprète, laquelle a quitté Pékin Express . Il a souhaité quitter la course à son tour tout en étant payé jusqu’au bout. Nous avons refusé. Et maintenant, il se venge."

Bartherotte réclame l’intégralité de son salaire

Interrogé par Le Point , Philippe Bartherotte fait tinter un autre son de cloche : "Ma vie privée ne regarde que moi. J’ai quitté Pékin Express à Uyuni, non pas pour des raisons sentimentales, mais bien parce que je ne voulais pas être mêlé davantage à ce qui risque d’être une escroquerie. Il y a tout de même 100 000 euros à gagner. M6 joue avec la vie des candidats sur des routes dangereuses. C’est moralement inacceptable." Il reconnaît avoir réclamé le paiement de son salaire en intégralité à Philippe Stolz, le producteur exécutif de Pékin Express , après lui avoir expliqué les motifs de son départ. "Je considère que mon employeur s’est mis en faute en ne respectant pas la probité de l’épreuve. Dans ces conditions, M6 me doit donc l’intégralité de mon salaire." Philippe Bartherotte était payé 200 euros par jour. Il a quitté l’épreuve quinze jours avant la fin.

Philippe Stolz pouvait-il désavouer Cendrine Gentil dont il partage la vie ? M6 peut-elle désavouer Philippe Stolz alors que Pékin Express est toujours à l’antenne et coûte des millions à produire ?

Des relations humaines heurtées

Tout indique que les relations humaines sur le tournage de Pékin Express ont donné lieu à de violents affrontements. Loin de Paris, la vie sentimentale de l’équipe de tournage n’a pas arrangé les choses entre les journalistes et la production.

Contactée par Le Point , Bibiane Godefroid, directrice des programmes de M6, maintient sa confiance dans ses équipes de production : "À ce jour, je n’ai aucune preuve tangible de tricherie. Les accusations de Philippe Bartherotte sont infondées et relèvent de la vengeance. Certes, la manière dont les consignes éditoriales sont rédigées n’est pas une nécessité. Ces consignes sont aussi une façon d’éviter que les journalistes suiveurs ne soient atteints du syndrome de Stockholm et ne veuillent aider les candidats qu’ils filment."

mardi, 11 mars 2008

Au cœur de Google à Zurich

Le Temps - Multimédia

Au cœur de Google à Zurich







VISITE. La firme américaine a inauguré son plus grand centre d'ingénierie en dehors des Etats-Unis. Le site suisse occupe une place capitale pour Google. Salles de massage, de fitness et babyfoot sont disponibles.

Anouch Seydtaghia, Zurich
Lundi 10 mars 2008


Il dort face à des poissons. A l'horizontale sur un siège en cuir doté de fonctions massantes, l'employé de Google est allongé devant une dizaine d'aquariums, chacun habité par des espèces différentes. Même le crépitement des flashs de photographes ne le sortira pas de sa torpeur. Trois étages au-dessous, dans une immense salle, un autre «Zoogler» joue au football sur sa Playstation 3 - et ce en face d'un écran gigantesque.

C'est ici, au centre de Zurich, que Google vient d'inaugurer son plus grand centre d'ingénierie en dehors des Etats-Unis. Depuis quelques jours, 350 employés, dont 300 ingénieurs, sont actifs sur les sept étages d'un immense bâtiment de 12000 mètres carrés. Autant dire que les employés de 42 nationalités sont à l'aise. Et ce d'autant plus que Google a importé ici tous les services disponibles à son siège mondial de Mountain View, en Californie.

De deux employés en 2004 - un ingénieur et un vendeur -, le siège zurichois a ainsi connu une croissance exponentielle, à l'image de la société, qui depuis a ouvert douze centres de recherche en Europe et en Israël. «Nous voulons avoir les meilleurs ingénieurs, à nous de nous implanter où ils se trouvent», martèle Nelson Mattos, vice-président en Europe pour l'ingénierie. Ainsi, un tiers des «Zooglers» est détenteur d'un doctorat. Ici, il faut être flexible et travailler vite. «Il est exclu de créer des business plan sans fin et de tenir des réunions à n'en plus finir: lorsque l'on a une idée, on la développe au sein d'un petit groupe et on la teste très vite», affirme Mario Queiroz, vice-président des produits pour l'Europe.

Chaque bureau ne compte ainsi pas plus de six postes de travail. Ici, pas de photos de familles ou d'enfants - la majorité des employés semble d'ailleurs être âgée d'environ 25 ans... -, mais ça et là des peluches et d'immenses maquettes en Lego. Face à leurs écrans d'ordinateur, les employés écoutent de la musique ou sirotent un soda - bien sûr, boissons et nourriture sont disponibles à volonté. Une atmosphère très cool, donc, mais que l'on devine laborieuse. Un indice: la salle de fitness située au rez-de-chaussée est ouverte 24h/24.

A chaque étage se trouvent de grands œufs équipés de téléphones: c'est là où les employés peuvent se réunir de façon informelle - les grandes salles de réunion sont quasi inexistantes - pour parler de leurs projets. Un peu partout trônent des poufs. Mais un grand tableau blanc n'est jamais très loin. «Les idées ne naissent pas toujours à son poste de travail, mais souvent en dehors: autant les partager un peu partout avec ces tableaux», avance Mario Queiroz.

Labeur et détente sont ainsi intimement liés. Les locaux sont aménagés de façon à ce que les employés se croisent souvent, pour favoriser l'échange d'idées. Et chaque étage possède une atmosphère différente pour stimuler la créativité - un coin suisse avec des télécabines, une copie d'une forêt tropicale... Bien sûr, le côté ludique reste très présent, puisque babyfoot, billards, salles de jeux vidéo sont disponibles un peu partout. Les amateurs de sensations fortes opteront pour un toboggan, voire une barre verticale (comme dans les casernes de pompiers) pour passer d'un étage à un autre. Trois espaces de massages sont disponibles, et un physiothérapeute devrait bientôt être disponible. Sinon, pour se détendre, il est aussi possible de s'asseoir dans un fauteuil de récupération, face à un feu de cheminée simulé sur un écran plasma. Les livres de cette réplique de vieille bibliothèque à l'atmosphère apaisante ne sont pas tous factices: çà et là, l'on trouve des ouvrages portant sur la programmation.

Bien sûr, le contact en vidéoconférence avec les autres bureaux à l'étranger et le siège mondial de Mountain View (Californie) est très facile. «J'appuie sur ce bouton, et je peux directement discuter en vidéo avec Larry Page et Sergei Brin», sourit Randy Knaflic, responsable du recrutement à Zurich.

De 350 aujourd'hui, le nombre d'employés devrait fortement croître ces prochains mois, et pourrait dépasser les 1000.