dimanche, 24 mai 2009

La Liberté ¦ Quotidien romand édité à Fribourg

BEURRE AVEC SON LAIT, RIEN DE TEL QU'UNE COMMUNAUTÉ
PAYSANS • Couler du lait, ça eut payé... et ça peut encore payer! Réagissant à la pression sur les prix du lait, certains paysans regroupent leurs forces au sein de communautés d'exploitation. L'avantage n'est pas seulement économique. Au sein d'une telle structure, chaque paysan peut désormais avoir des vacances, se spécialiser dans certaines tâches ou obtenir de l'appui en cas de maladie ou d'accident. Revers de la médaille: une certaine perte d'autonomie et la nécessité de partager le pouvoir de décision avec ses partenaires. Renoncer à être seul maître à bord, c'est parfois assurer sa survie.
GéRARD TINGUELY
(photo Keystone)

«Si on devait repartir à zéro, je recommencerais», assure Josef Häfliger, à Alberswil. Lui et ses quatre collègues paysans ont créé il y a dix mois la plus grande exploitation laitière du canton de Lucerne. La nouvelle écurie a coûté 2,4 millions et 6000 heures de leur temps. Alors que le producteur moyen détient 23 vaches, 120 bêtes se prélassent ici, produisant un milllion de kilos de lait par an. Et ça pourrait aller jusqu'à 200 vaches: la place est prête pour un troisième robot de traite.L'avantage d'une telle communauté d'exploitation (l'équivalent de 31?2 pleins-temps contre 5 avant le regroupement) n'est pas seulement économique. Chacun part désormais en vacances, s'est spécialisé (bétail, fourrages et cultures, machines, administration et comptabilité, travail à l'extérieur) et a de l'appui en cas de maladie ou d'accident.

Un choix contraint


Mais pour renoncer à être seul maître à bord de «son» exploitation, il faut y être un peu contraint. A Alberswil, deux des fermes campaient au centre du village et deux autres jouxtaient un quartier d'habitation. Pas des conditions assurant à chacune un bon développement.La réunion des forces peut sauver des exploitations. Avec un prix du lait qui ne sera pas de sitôt celui espéré par Uniterre (1 franc/kg), la communauté part avec une longueur d'avance pour réduire les coûts de production. Et ceux-ci ne sont de loin pas uniformes.L'ingénieur Franz Sutter a examiné la comptabilité de 385 fermes de plaine, colline et montagne. Même s'ils ne sont pas totalement représentatifs, ces chiffres ne peuvent qu'interroger chaque producteur: «Qu'est-ce que mon collègue fait mieux que moi? Dans quel domaine puis-je m'améliorer?»

Un gros écart de revenu


L'étude révèle que les dix exploitations les plus performantes réalisent un profit de 14,9 centimes par kilo de lait quand celles du dernier quart perdent 32,5 centimes. Le revenu horaire généré par la production laitière va de 36,20 francs pour les premières à 5,30 francs pour les dernières!Chacune ayant des bases différentes, l'exploitation parfaite n'existe pas. Il y a donc au moins cinq voies pour dégager un revenu agricole suffisant, pour «s'améliorer avant de vouloir s'agrandir», selon l'ingénieur d'Agridea-Lindau (lire ci-dessous).

Chacun ne peut plus faire ce qu'il veut

Reste sa conclusion abrupte: le producteur n'influençant pas vraiment le prix du lait, la recette «magique» pour assurer sa compétitivité, c'est de réduire les coûts. Mais encore faudrait-il que chacun les connaisse, ce qui n'est pas toujours le cas. Pour y voir clair, les services cantonaux de vulgarisation agricole sont là .

Le courage de s'y mettre


Dans une communauté d'exploitation, chacun ne fait plus ce qu'il veut. Ainsi, tous les lundis, les Lucernois s'organisent et discutent des problèmes. «Nous avons dû apprendre à parler entre nous, à nous connaître», dit Josef. En 2000, les cinq paysans avaient déjà lancé une société d'ensilage et acheté des machines ensemble. Ce qui les a aidés pour la suite.

A Fribourg également


A Fribourg, on compte 164 communautés totales d'exploitation (tendance en hausse) et une bonne centaine de communautés partielles. Ce qui représente près d'un dixième des 3000 exploitations du canton.Selon Pascal Krayenbuhl, chef du Service de l'agriculture, «il faut le courage de se mettre ensemble. Ce sens du collectif est une particularité et une force du monde paysan. C'est bien moins présent chez les médecins ou les artisans».

Aucun commentaire: