mardi, 6 mai 2008

24 Heures - Detail Vaud - CARBURANT - Comment les automobilistes réagissent à la flambée de l'essence

24 Heures - Detail Vaud - CARBURANT - Comment les automobilistes réagissent à la flambée de l'essence

Vaud

RSS

Comment les automobilistes réagissent à la flambée de l'essence

CARBURANT | 00h41 Nouveau record, avec le litre de super 95 à 1 fr. 86 et le diesel à 2 fr. 08! Sur un marché toujours plus tendu, les stations-service multiplient les promos, les particuliers utilisent moins leur véhicule et la tentation de partir sans payer commence à titiller les automobilistes sans scrupules.

CHRISTIAN BRUN | ÇA GRIMPE!: Les prix à la pompe s'envolent. Et encore: sans la baisse du dollar de l'an dernier, il faudrait débourser 20 centimes de plus par litre. Dans cette situation, les stations-service multiplient les offres promotionnelles. LAUSANNE, LE 25 AVRIL 2008

GEORGES-MARIE BÉCHERRAZ | 26 Avril 2008 | 00h41

Riviera vaudoise, février dernier. La gendarmerie interpelle un automobiliste de 35 ans qui sévissait sur l'arc lémanique depuis des semaines. Son truc: faire le plein, remplir un jerrycan, puis démarrer en trombe sans passer à la caisse. Durant ce même mois, dans le canton de Fribourg, un jeune homme de 23 ans passe au tourniquet pour neuf vols d'essence. Il prend six mois ferme. La statistique policière vaudoise ne comptabilise pas ce genre d'infractions, rangées dans la catégorie «vol simple». Tout indique que l'on n'a pas fini d'en parler.

«Si le dollar n'avait pas tant chuté depuis l'an dernier, ce sont 20 centimes de plus par litre qu'il faudrait débourser», observe Philippe Cordonier, porte-parole de l'Union pétrolière suisse. Piètre consolation. D'abord parce que le léger ressaisissement du billet vert est à l'origine de la hausse répercutée ces derniers jours à la pompe, en dépit du fléchissement du prix du baril. Ensuite parce que le prix du carburant a atteint un nouveau sommet.

Le litre de super 95, qui coûtait en moyenne 1 fr. 65 en avril 2007, vaut aujourd'hui 1 fr. 86. «Une tendance à la hausse, notamment sur le diesel où la demande est plus forte, qui devrait durer plusieurs mois», commente Philippe Cordonier.

Qui s'en met plein les poches? «Ni les compagnies pétrolières ni les revendeurs. La différence reste au niveau du prix du brut, entre les mains des pays producteurs et des spéculateurs intermédiaires.» A une exception près toutefois: «L'augmentation de la valeur de la marchandise profite à l'administration fiscale. La Confédération a encaissé l'an dernier plus d'un milliard de francs de TVA sur les carburants.»

Matière à réflexion

Sur ce marché de plus en plus tendu, la concurrence se fait plus vive. Il suffit de voir la multiplication des offres de rabais pour s'en convaincre. Mais la cherté du carburant n'a pour le moment pratiquement aucune influence sur le volume des ventes. «Il y a bien d'autres domaines, notamment la téléphonie, où l'on consomme sans se rendre compte de ce que cela fait à la fin du mois.» De fait, la moyenne par station-service s'est même accrue de 0,9% l'an passé. Ce chiffre global intègre une baisse de 1% pour la quantité d'essence vendue et une hausse de 7,3% pour le diesel.

Une enquête d'Auto-Suisse, le groupement des importateurs d'automobiles, réalisée en 2007 laisse cependant penser que l'utilisation de la voiture pourrait bien se trouver à un tournant. Sur 1000 personnes interrogées, 63% déclarent rouler pour leur usage privé. Deux ans plus tôt, le même sondage affichait 70%. En revanche, 35% de la population consultée fait un usage professionnel de son véhicule, contre 26% en 2005.

Auto-Suisse estime que ce glissement résulte de la prise de conscience des problèmes liés au climat. Difficile pourtant de balayer toute relation avec un prix de l'essence toujours plus haut. Dissuasif pour la promenade, subi tant bien que mal lorsqu'on n'a pas le choix.

Aucun commentaire: