lundi, 21 mai 2007

A son tour, Lidl passe à l'offensive sur le marché suisse

A son tour, Lidl passe à l'offensive sur le marché suisse


COMMERCE DE DETAIL. D'après la «NZZ am Sonntag», le casseur de prix allemand devrait ouvrir sa première enseigne dans le pays d'ici à la fin de l'année, voire au début 2008.


Daniel Eskenazi, Zurich
Lundi 21 mai 2007

La Commission de la concurrence (Comco) effectue une enquête minutieuse avant d'avaliser ou non le rachat de Denner par Migros annoncé en janvier dernier. Elle devrait donner sa décision d'ici au 12 septembre. Parmi les critères que la Comco analysera figure le maintien d'une concurrence suffisante dans le commerce de détail, une branche où la concentration est déjà très forte, en raison du poids de Migros et de Coop.

Dans ce contexte, la concurrence est incarnée par le casseur de prix allemand Aldi et, bientôt, son rival Lidl. Ce dernier n'a pas encore ouvert d'enseigne en Suisse. Mais ce n'est qu'une question de temps. D'ici à la fin de l'année, voire au début 2008, Lidl inaugurera son premier magasin en Suisse. C'est en tout cas ce qu'affirme la NZZ am Sonntag dans sa dernière édition.

Pour l'instant, Lidl a déjà dans son escarcelle plus de 40 locaux d'une surface de 500 à 1500 m2. Le casseur de prix allemand a planifié environ 70 endroits supplémentaires pour son expansion. Certains n'attendent plus qu'un permis de construire. Mais à Weinfelden (TG) et à Sursee (LU), Lidl a déjà obtenu l'autorisation d'implanter deux centres de distribution. Le «hard discounter» allemand attend de pouvoir en construire deux supplémentaires à Näfels (GL) et à Sévaz (VD).

D'après les prévisions des experts, chaque centre de distribution peut fournir une soixantaine de magasins. En définitive, Lidl compte à long terme sur un réseau d'au minimum 240 magasins en Suisse pour concurrencer Migros, Denner, Coop, Aldi et Carrefour (CA.PA). Lidl, qui compte 7000 filiales en Europe, confirme son ambition de s'étendre en Suisse, sans donner de détails supplémentaires.

La force de Lidl, ce sont les produits de marque. Ils représentent environ 40% de l'assortiment qui varie d'un pays à l'autre. Le reste est constitué de ses propres produits. En Suisse, d'après la NZZ am Sonntag, ceux-ci seront en partie importés. Cela provoquera une pression sur les prix dès que les frontières aux produits agricoles seront ouvertes. Lidl a la capacité de proposer des prix jusqu'à 20% inférieurs à ceux de la concurrence.

A côté de Lidl, un autre casseur de prix allemand fait son nid en Suisse. Aldi dispose déjà de 31 filiales en Suisse sur les 7500 qu'il compte en Europe. A fin mai, le casseur de prix en comptera deux supplémentaires à Bâle et à Schlieren (ZH). Ainsi, d'ici à la fin de l'année, Aldi totalisera près de 50 magasins sur le territoire. Un réseau de 150 à 200 points de vente est prévu à long terme. En Suisse romande, un centre de logistique sera ouvert à l'automne 2008 à Domdidier (FR).

Aucun commentaire: