lundi, 19 mars 2007

Les débits des offres ADSL progressent, mais la situation est loin d'être idyllique

Les débits des offres ADSL progressent, mais la situation est loin d'être idyllique


INTERNET. Le débit de l'offre ADSL standard vient de passer de 2 à 3,5 mbit/s, pour 49 francs. Un prix qui reste élevé pour un service d'upload toujours très faible. Les câblo-opérateurs offrent des produits parfois plus intéressants.



Anouch Seydtaghia
Lundi 19 mars 2007



Souvenez-vous, c'était il y a un an exactement. Début mars 2006, l'offre ADSL de base passait de 600 kbit/s à 2000 kbit/s. Dès la semaine passée, Swisscom, qui contrôle entièrement le marché de l'ADSL en Suisse, a augmenté ces débits à 3,5 mbit/s. Cette hausse appréciable s'accompagne d'une augmentation du débit d'envoi (upstream), qui passe de 100 à 300 kbit/s. Cette liaison 3500/300 kbit/s est toujours facturée 49 francs par mois par Bluewin. L'ancienne offre 3500/300 kbit/s est remplacée par une offre 5000/500 kbit/s, pour 69 francs par mois. Il existe toujours une offre Bluewin pour petits consommateurs de 300/100 kbit/s, qui coûte 9 francs par mois, auxquels il faut ajouter 2,40 francs par heure de connexion.

Envoi de données très faible

L'augmentation de ces débits, qui est la conséquence d'une vraie concurrence des câblo-opérateurs, est appréciable. Mais plusieurs points noirs subsistent. D'abord, les autres opérateurs télécoms ne peuvent que revendre les offres ADSL de Swisscom, sans proposer d'autres débits. Certes, Tele2 offre un rabais de 5 francs mensuels par offre, mais c'est tout. Dès le 1er avril, les concurrents de Swisscom vont commencer à négocier avec lui de nouveaux tarifs, via l'ouverture de son «dernier kilomètre», et l'on peut espérer de nouvelles offres pour fin 2007- début 2008.

Second point noir, la faiblesse du débit d'envoi de données (upstream). Même s'il a été triplé, 300 kbit/s, c'est encore très faible pour envoyer des photos et des vidéos. Swisscom invoque des raisons techniques pour expliquer cette situation, ce qui nous amène au troisième point noir: le pourcentage d'internautes qui peuvent bénéficier des nouveaux tarifs. En effet, Swisscom ne garantit plus formellement ses débits. Et l'opérateur estime que 6% de ses clients ne bénéficieront pas des nouvelles largeurs de bande, tout simplement parce qu'ils se situent trop loin de ses centraux téléphoniques. Dès que la distance s'élève à plus de 750 mètres, les débits fléchissent.

Bientôt une offre VDSL

De façon théorique, l'ADSL actuel permet au maximum des débits de 6000/800 kbit/s. Actuellement, l'opérateur réalise un effort important pour développer son réseau VDSL, qui permet des débits maximaux de 25/10 mbit/s. Cet été, Swisscom commercialisera ainsi une offre à 10 mbit/s. Le débit upstream et le prix ne sont pas encore connus. D'ici à fin 2007, l'opérateur estime que 50% des raccordements téléphoniques bénéficieront d'une offre optimale en VDSL.

Conclusion: plus les débits s'améliorent, plus le nombre d'internautes qui peuvent potentiellement en bénéficier se réduit, et ce malgré l'extension par Swisscom de ses réseaux.

A noter qu'il vaut toujours la peine, lorsque c'est possible, de comparer les offres ADSL avec ce que proposent les câblo-opérateurs: ils sont parfois moins chers avec des offres combinées Internet+ télévision+ téléphonie fixe.

Aucun commentaire: