mercredi, 14 mars 2007

De l'Italie à l'Ukraine, les ambitions de Swisscom

De l'Italie à l'Ukraine, les ambitions de Swisscom


TELECOMS. L'opérateur multiplie les projets à l'étranger. En Suisse, il vise le multimédia.


Anouch Seydtaghia, Zurich
Mercredi 14 mars 2007

Swisscom ne vise pas seulement l'Italie, via son offre publique d'achat sur FastWeb de 6 milliards de francs, plus la reprise de 1,75 milliard de dettes. L'opérateur suisse s'étend aussi actuellement en Europe de l'Est: Ukraine, Roumanie, Bulgarie et Pologne. «Depuis 2006, nous y construisons, dans les villes, des réseaux internet à haut débit, a expliqué mardi Carsten Schloter, directeur de Swisscom (SCMN.VX). Les coûts d'installation sont faibles, et la demande très forte.» L'opérateur, qui prévoit d'investir plus de 100 millions de francs dans ces projets, ne communique pas sur le chiffre d'affaires ainsi espéré

Ce développement au sein de l'opérateur illustre sa volonté de se diversifier rapidement, alors que ses résultats annuels 2006 sont stables (voir infographie). Carsten Schloter a insisté sur l'apport futur de FastWeb: des services lancés plus vite, et à moindres coûts, telle une amélioration sensible de l'offre de télévision. Swisscom mise beaucoup sur l'enrichissement de Bluewin TV, qui compte 30000 clients quatre mois après son lancement. «La société italienne nous permettra d'améliorer rapidement notre réseau, qui reste notre atout majeur face aux câblo-opérateurs, a poursuivi Carsten Schloter. Nous proposerons non seulement des offres à plus haut débit, mais aussi des services associés.» L'on peut ainsi imaginer bientôt des offres de télésurveillance ou de visiophonie proposées par l'opérateur.

Swisscom progresse dans ses nouveaux marchés. Par exemple, le transfert de données via le réseau de téléphonie mobile - SMS exclus - a généré en 2006 un chiffre d'affaires de 216 millions, contre 43 en 2005. Le hic, c'est que les prix ne cessent de baisser. Exemple: les clients mobiles ont téléphoné en moyenne 124 minutes par mois (120 en 2005), mais leur facture a chuté de 74 à 65 francs. Swisscom estime à 500 millions de francs les effets de la baisse des prix pour son chiffre d'affaires 2006. L'ouverture du «dernier kilomètre», le 1er avril prochain, risque d'aggraver ce phénomène. «Ces prochaines années, nous allons continuer à perdre entre 300 et 500 millions par an à cause de la guerre des prix, a estimé Carsten Schloter. Je ne crains pas les offres de nos concurrents sur le «dernier kilomètre», car ils devront tenir compte des coûts réels du réseau.» Début de réponse cet automne avec, peut-être, les premières offres concurrentes.

Aucun commentaire: