jeudi, 6 avril 2006

Non, le poker n'est pas mal famé

Non, le poker n'est pas mal famé

LIEN UTILE
Musée suisse du jeu

LA TOUR-DE-PEILZ Le Musée suisse du jeu entend améliorer la réputation du poker au travers d'une exposition.

SANDRA WEBER
Publié le 06 avril 2006

UN JEU PSYCHOLOGIQUE Laetitia Aeberli, commissaire de l'exposition temporaire. La possibilité de bluffer ses adversaires et de gagner tout en ayant de mauvaises cartes explique la fascination exercée par le poker. / PHOTO CHANTAL DERVEY

Espace à caractère familial s'il en est, le Musée suisse du jeu de La Tour-de-Peilz organise cette fois-ci une exposition destinée en particulier à un public d'adultes. Le poker y tiendra la vedette au début du mois prochain. «C'est un thème d'actualité, explique Rita Schyrr, chargée de communication du musée. Le poker connaît un grand succès, notamment au travers d'émissions à la télévision et de jeux sur internet.» L'exposition vise à remettre en question la réputation sulfureuse de ce jeu. «Nous voulons montrer qu'il ne se joue pas uniquement dans des arrière-boutiques enfumées, explique le directeur Ulrich Schädler. Et pas forcément pour de l'argent. Les sous sont une juste une manière de compter les points.» Des conférences et des projections seront organisées sur le même thème.
Mais seuls les plus de 16 ans pourront participer aux initiations. «Cela peut sembler paradoxal dans le sens où nous combattons les a priori qui entourent le poker, admet le directeur. Mais nous ne voulons pas non plus provoquer. Il ne faudrait pas laisser croire que nous incitons les jeunes à jouer à un jeu qui est associé à une mauvaise image.»Le rêve américainEn Europe, le poker sonne comme un cliché, lié aux films de western ou de gangsters, ce que reflète la section intitulée «Poker et cinéma: un mariage obscur». La possibilité de bluffer ses adversaires et de gagner tout en ayant de mauvaises cartes explique très certainement la fascination exercée par le poker au cinéma.
«C'est le rêve américain type, constate Ulrich Schädler. Voilà pourquoi les réalisateurs l'aiment tant. En plus, c'est un jeu très sophistiqué au niveau psychologique. On peut gagner en disant des mensonges. Et si l'on pense que la théorie du comportement économique est basée sur le poker, cela devient fascinant!»
Exposition «Poker: tout un art», du 5 au 14 mai au Musée suisse du jeu, au château de La Tour-de-Peilz. Avec initiations, conférences et projections. Info sur www.museedujeu.com

Mais seuls les plus de 16 ans pourront participer aux initiations. «Cela peut sembler paradoxal dans le sens où nous combattons les a priori qui entourent le poker, admet le directeur. Mais nous ne voulons pas non plus provoquer. Il ne faudrait pas laisser croire que nous incitons les jeunes à jouer à un jeu qui est associé à une mauvaise image.»

Le rêve américain

En Europe, le poker sonne comme un cliché, lié aux films de western ou de gangsters, ce que reflète la section intitulée «Poker et cinéma: un mariage obscur». La possibilité de bluffer ses adversaires et de gagner tout en ayant de mauvaises cartes explique très certainement la fascination exercée par le poker au cinéma. «C'est le rêve américain type, constate Ulrich Schädler. Voilà pourquoi les réalisateurs l'aiment tant. En plus, c'est un jeu très sophistiqué au niveau psychologique. On peut gagner en disant des mensonges. Et si l'on pense que la théorie du comportement économique est basée sur le poker, cela devient fascinant!» Exposition «Poker: tout un art», du 5 au 14 mai au Musée suisse du jeu, au château de La Tour-de-Peilz. Avec initiations, conférences et projections. Info sur www.museedujeu.comhttp://www.24heures.ch/vqhome/edition/riviera___chablais/expo_poker_060406.edition=rc.html

Aucun commentaire: