mercredi, 29 mars 2006

La carte de la dernière chance

TÉLÉPHONIE Si la société de services ne trouve pas très vite des investisseurs, elle devra fermer boutique. Ses employés n'ont toujours pas reçu leur salaire de février

JEAN-MARIE ROLLE
28 mars 2006

Sur le web
» Natel futé

Natel futé va très mal. Créée en 1999, la société de services basée à Gland (VD), qui indique par SMS à ses 30 000 abonnés la présence de radars ou de bouchons notamment, est au bord du gouffre. Les responsables cherchent désespérément de l'argent frais et les trente employés, qui n'ont pas reçu leur salaire depuis février, ont rencontré hier un responsable du syndicat UNIA pour défendre leurs intérêts.

Malgré une ardoise importante - la société devrait encore 300 000 francs à Orange - , Natel futé aurait deux rendez-vous de la dernière chance d'ici à la fin de la semaine avec des investisseurs potentiels. Son administrateur, Jean-Michel Paux, le reconnaît: «Si ça ne marche pas, c'est terminé pour nous...»

Terminé aussi pour les clients qui paient entre 180 et 240 francs par année? «Nous ferons le maximum pour trouver un partenaire à même de reprendre les abonnements des clients.»Et de persister, malgré les récriminations de nombreux abonnés se plaignant d'avoir toujours moins de prestations: «Nous fournissons encore l'intégralité de nos services. Seuls les constats de police, difficilement gérables, ne sont plus diffusés. Nous cherchons un autre système pour les reprendre.»

Pour les collaborateurs, les jeux semblent faits. Mardi prochain, leur délégation, épaulée par UNIA, ira plaider sa cause devant la justice pour tenter de récupérer leur dû.Les ennuis de Natel futé ont véritablement commencé le 13 février dernier.

Réduite au silence après un différend commercial qui avait amené Swisscom à ne plus acheminer de SMS, la société avait partiellement repris ses activités quelques jours plus tard en s'attachant les services d'un diffuseur dont le nom n'a pas été dévoilé.
http://www.lematin.ch/nwmatinhome/nwmatinheadactu/0/la_carte_de_la_derniere.html

Aucun commentaire: